mercredi 12 juillet 2017

Dans les stades américains, le sport est secondaire

Outre-Atlantique, les disciplines les plus populaires comprennent des pauses qui incitent les spectateurs à profiter des nombreux à-côtés prévus pour se divertir. Cela contraste avec l’Europe, où le fan de foot ne va au stade que pour le match.

En regardant attentivement la finale de la Ligue des champions entre le Real Madrid et la Juventus Turin, je me suis mis à observer à distance les agissements de la foule. Le stade était bondé de supporters des deux clubs, survoltés à l’idée de voir leurs favoris remporter ce match ultime. Et ils étaient également tous assis sur leur siège, fidèles et ponctuels dès les premiers instants de la partie. Ce qui attira particulièrement mon attention.
En effet, il existe plusieurs différences entre les habitudes des «partisans» en Amérique et en Europe au niveau de la culture, des traditions et de la manière de consommer le sport. Bien que tous souhaitent ardemment la victoire de leur équipe, les Européens accordent beaucoup plus d’importance au résultat de la rencontre, alors que les Américains, tout en désirant gagner, attendent davantage un spectacle et une expérience qui ne se limitent pas uniquement au score.

Investissements importants

En Europe, on semble prioriser la compétition; peu importe si le match se déroule dans un stade vieillissant sans technologie moderne et sans restauration alléchante. Les Européens sont moins habitués aux avant-matches à l’américaine, lors desquels l’audiovisuel et le spectacle sont des éléments cruciaux. Il y a plus de stades modernes aux Etats-Unis, et donc plus d’efforts consentis en matière d’écrans géants, de son et de lumière. La raison pour laquelle on investit autant dans les enceintes sportives: augmenter par tous les moyens la valeur perçue par le consommateur de sport.
Les responsables cherchent à accroître la diversité des spectateurs en attirant les moins passionnés, qui veulent simplement passer une belle soirée de divertissement. Souvent, l’expérience globale autour du match est la plus significative pour les consommateurs d’aujourd’hui, tant il est devenu facile de se distraire durant une compétition. On veut suivre un match tout en faisant du business, du réseautage, tout en utilisant les réseaux sociaux sur nos téléphones mobiles, en profitant du wi-fi disponible partout.

Lire la suite...


éditions Chistera

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Journaliste spécialisé dans l'actualité sportive, j'ai collaboré, entre autres, à So Foot, Libération, Radio France Internationale. Aujourd'hui, je suis particulièrement les politiques sportives au plan national et dans les collectivités locales pour Localtis.